Jeudi
18 août

Bretagne - Occitanie

Guingamp / 18h - 00h

Tarif normal : 20€
Tarif réduit (8/18 ans, étudiants,
personnes à mobilité réduite) : 15€
Enfant moins de 8 ans : Gratuit

Animations

18h - 20h
Centre Ville de Guingamp
Cercle Celtique
Expédition Côtes du Nord

Noon

20h
Place du Vally

Formation unique dans le paysage musical actuel, NOON fait le pari de
briser les codes en associant musique électronique et la puissance sonore de
quatre cornemuses.

En concert, le quintet secoue les foules et happe son public. Aussi bien
influencés par l’électro, la trap ou les musiques traditionnelles de Bretagne, les
cinq membres de NOON n’ont pas fini de surprendre.

En 2022, le groupe continue sa route avec la sortie d’un premier EP et de
nombreux concerts prévus en France et à l’étranger !

Nadau

22h
Place du Vally

Nadau, c’est la cornemuse landaise qui s’engueule avec la guitare électrique, c’est le chant traditionnel qui se frite et qui se frotte avec la musique, c’est 4 Zénith, 4 Olympia et des milliers de gens qui chantent. 

C’est un spectacle bilingue de 2 heures : humour, impertinence, tendresse, poésie.

Plus de 1000 soirées, 13 albums (dont 8 en CD), 3 vidéos, 2 DVD plus de 60000 disques vendus.

Un còp èra… Nadau. Le groupe LOS DE NADAU naît fin 1973 à Tarbes de la rencontre de Michel Maffrand, Jacques Roth et Ninon Paloumet. La nouvelle chanson occitane existe déjà, avec Marti, Patric, Eric Fraj et Los Caminaires en Languedoc, Delbeau en Gascogne et Verdier en Limousin.

Après l’explosion de 1968, beaucoup de jeunes se retournent vers leurs racines. Les salles sont pleines, le Larzac est en lutte. Un slogan : « Volem viure au país. »

Le premier disque sort à l’été 1975. Il a pour titre : Monsur lo regent, chansons revendicatives, mais aussi chansons d’amour.

Le groupe accompagne les luttes viticoles et ouvrières, c’est l’époque de la chanson « engagée ». Très vite sortent « La venta a las enchèras » en 1976, et « L’immortèla » en 1978, avec une chanson phare qui deviendra un hymne occitan.

En 1980 naît à Pau la première Calandreta, école d’enseignement en occitan. Le groupe Nadau sera toujours aux côtés de Calandreta dans le combat qu’elle mène pour la langue. Il s’implique également dans les premières radios libres, dans le journal « Pays ».

« T’on vas » paraît en 1982, « Qu’èm çò qui èm » en 1986 réalisé avec 400 choristes. La même année arrive le pianiste Pierre Micouleau dans le groupe composé jusque-là de 3 voix, 2 guitares sèches et un accordéon diatonique. Puis c’est le tour de Jacques Baudoin, Serge Cabos, Gilbert Bastelica, Jean-Pierre Médou. Los de Nadau devient « Nadau », rencontre de la cornemuse, de la guitare électrique et du chant. Jacques Roth et Jacques Baudoin quittent le groupe en 1991, année de la parution de « De cuu au vent ».

Le spectacle « Nadau en Companhia » réunira 4500 personnes au Zénith de Pau en 1993, et 7000 en 1996. Deux C.D. encore : « Pengabelòt » en 1994, et « Zénith 96 ». Philippe et Jean-Michel Espinasse apportent au groupe une forte influence traditionnelle. Le 20 mai 2000, le groupe fait salle comble à l’Olympia à Paris et enflamme la salle.

Le violoniste Cédric Privé rejoint les Nadau en juillet 2002. Les 15, 16 et 17 novembre 2002, le spectacle Nadau en Companhia avec 250 participants invités : choristes, quatuor à cordes, pianiste, accordéoniste, réunit 11 000 spectateurs au Zénith de Pau.

En janvier 2003, Fabrice Manconi devient le nouveau batteur du groupe.

Le 7 mai 2005, un train de 900 personnes descend à Paris (on est plus haut dans les Pyrénées) et c’est un nouvel Olympia. Chaque billet donne droit à un disque de 14 titres avec les chansons à apprendre. Dans ce chaudron de l’Olympia, l’ambiance est indescriptible. Un CD et un DVD sont enregistrés en public.

Mickael Tempette, avec ses cornemuses et ses flûtes, intègre le groupe en 2005.

Nadau fait environ quarante concerts par an et se déplace avec son matériel et son équipe technique composée de Stéphane LABORDE, Romain LIS, Johann PONSIN et Christophe PALAY.

Logo de la Saint Loup